L’histoire du tissu madras

Le tissu est bien plus qu’un matériau : il peut représenter une histoire, une culture… Parmi ces nombreux textiles porteurs d’un héritage culturel, on retrouve le madras. Porté dans les antilles et en Guyane, il s’agit d’un tissu avec une histoire qui traverse les époques et les frontières !

tissu madras
Source : AZ Martinique

La naissance du Madras (le tissu bien-sûr, pas le curry…)

C’est au 17e siècle que le madras est né. Il était fabriqué à partir de fils de bananiers teints. Ce tissu était compliqué à conserver : les fils se cassaient très vite, et matière issue de bananier laissait une odeur particulière. C’est pourquoi peu à peu, les fils de bananier étaient mélangés à du coton, avant que celui-ci le remplace complètement dans la composition de ce tissu indien. Car oui, le Madras provient de la ville de Chennai, qui s’appelait anciennement … Madras ! Il s’agit de la capitale de l’état du Tamil Nadu. En effet, cet ancien village de pêcheur est aujourd’hui la 4e plus grande ville indienne !

carte inde madras
Source : Mtholyok.edu

Le madras dans la culture antillaise

Le madras fait son apparition aux Antilles lors de l’abolition de l’esclavage en 1848. Les colonies ont besoin de main d’œuvre et font appel aux indiens, qui l’emmènent avec eux. Les anglais ont le monopole du commerce en Inde au XVIIIe siècle : ils y envoient  des cotons pour les faire tisser à la manière des madras. Les français, quant à eux, font teindre et tisser le coton à Rouen, considérée comme la capitale française du madras.

Peu à peu, le tissu s’est démocratisé dans les Antilles en touchant d’abord les femmes blanches, puis les femmes noires. Guadeloupe, Martinique, Guyane, mais aussi des colonies anglaises comme Trinité-Et-Tobago, la Jamaïque, ou encore l’île Maurice : toutes l’ont adopté ! Les couleurs vives rouges, jaunes et vertes se prêtent parfaitement aux peaux noires et  ont une symbolique. La mosaïque des couleurs issues de ces mélanges illustrent l’histoire de la composition ethnique des sociétés créoles, qui ont connu un large métissage de populations. Le madras s’est ancré dans la culture antillaise et se fait porter en costume lors de jours de fêtes, lors de grandes occasions (bals, mariages, communions, baptêmes..). Souvent, le madras est orné de dentelle blanche.

costume traditionnel guadeloupe martinique madras dentelle
Source : Afroculture.net

Un chapeau symbolique : la coiffe créole. Quelle est sa signification?

La coiffe en madras était un symbole de dignité en Inde. Adoptée par les populations antillaises, elle est devenue un symbole de langage romantique.

  • une pointe signifie que l’on est cœur à prendre
  • deux pointes signifie que l’on est prise mais que l’on peut toujours essayer.
  • trois pointes signifie que l’on est mariée et que l’on ne compte pas avoir d’autres aventures
  • quatre pointes : mariée mais ouverte à un nouvel amant.

   

La popularité du madras lui a permis de se décliner dans divers accessoires textiles et en décoration d’intérieur. La richesse de ce tissu nous a inspiré dans l’élaboration de notre bonnet de nuit en satin. Conservez l’hydratation de vos boucles tout en portant fièrement les couleurs de l’héritage créole !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *